Bonjour,

Un couple c'est être deux. Enfin jusque là me direz vous Youhou ... quelle découverte !

Sauf que depuis des années le couple qui a signé en bas d'un papier il y a 40 ans est en vrac ... Alcool et connerie quand vous tenez quelqu'un vous détruisez tout sur votre passage.

Quand l'Homme devient parano, imaginant des complots partout autour de lui, des cachotteries familiales et des "secrets" dans son dos ... que dire ????  
Que personne ne lui cache quelque chose, que personne ne le prend pour un con sauf quand il se mêle de la vie des autres ... voisins ou personnes croisées au hasard comprises ! Là effectivement il passe pour le CON du quartier ... et moi j'ai honte. Heureusement que les voisins me connaissent depuis des années, que je suis en très bons termes avec la plupart d'entre eux et qu'ils savent que je suis loin d'être comme ça !

Remarquez lorsque vous rencontrez des amis ayant connu l'Homme avant ... l'ayant vu changer de comportement ... metrre un club sportif par terre (alors que les championnats d'Europe étaient envisagés ici ....) et que ces amis refusent de venir boire un café ici "je ne veux pas le croiser ... sinon je lui met mon poing dans la gueule" ... j'ai juste envie de répondre ALORS VIENS ET VAS Y !
Heureusement que j'ai toujours des contacts avec tout le monde. Et que de bonheur de les croiser en compétition lorsque j'y vais pour les voir ou au hasard d'une balade !!! Quels doux moments ... Et qu'il est doux d'avoir aussi toujours des contacts avec les "vieux" amis bien plus anciens, partis loin pour un projet de vie différent mais toujours fidèles dans les moments compliqués.

Et lorsqu'un des deux protagoniste (l'Homme dans le cas présent) arrive à l'âge de la retraite (anticipée s'il en est ... puisque pas 60 ans et pas carrière longue ....) à la grande surprise de l'autre (moi en l'occurence) qui découvre incidemment cet arrêt précoce de travail par une seule et unique 
 phrase...  m'informant que dans 4 mois je serai à la rue ... comment vous dire ??

Que j'ai essayé d'en savoir plus bien sûr, mais le silence méprisant fut sa seule réponse, avec juste quelques mimiques grotesques à la clé. 

JE L'AI EN TRAVERS et encore c'est un doux euphémisme ... Pas un mot, pas un signe à part ces 4 mots .. "tu seras à la rue" dont je dois me contenter, reçus en pleine figure tel un uppercut mettant KO l'adversaire .

Pourtant habituée à ce silence très pesant de la part de l'Homme depuis trop longtemps, j'avoue cependant que recevoir un tel point de mépris... je n'aurais jamais pensé connaître cela ! On parle de la violence physique mais cette ignorance est une réelle violence psychologique.

Qu'on ne supporte plus l'autre, soit. Mais dans ce cas que pensez vous d'un divorce ?

Bien sûr que j'y ai pense ... J'ai tenté il y a 3 ans déjà de faire réagir l'Homme en allant voir un avocat ... mais l'Homme-Autruche trouvant sa situation "familiale"certainement trop confortable a émis un rugissement sonore et surtout un refus très net d'envisager toute séparation. Un espoir de divorce amiable s'envolait donc et à l'époque mes revenus n'étaient pas terribles mais je devais quand même payer un avocat seule ... impossible.

Quoi qu'il en soit  je ne devais pas être prête à franchir le mur qui s'élevait devant moi ... Dommage ... avoir le courage de mettre un bon coup de masse dans ce putain de mur moral m'aurait évité de vivre ces 3 dernières années dans l'indifférence totale de celui dont je porte le nom.

Chemin psychologique faisant, le mur s'est abaissé peu à peu à la hauteur d'un muret .... Plus facile à franchir me direz vous ... pas forcément. Bon sang de peur qui nous retient tel un élastique que l'on essaie de tirer au maximum en avançant malgré tout mais qui a cet effet de "3 pas en avant 3 pas en arrière" que je ne connais que trop.

Après avoir donc appris par le plus grand des hasard (existe t'il ?? Je n'y crois pas) que l'Homme mutique serait en retraite dans quelques semaines, le muret s'est d'un coup abaissé et c'est maintenant un trottoir dans lequel je butte pour enfin avoir le courage de prendre ma vie en main.

Financièrement je n'ai pas grand chose. Vivre avec 860 euros par mois va être compliqué. Mais si c'est le prix de la liberté, du bonheur moral .. alors je prends le risque.

Enfin voilà ... nouvelle étape dans ma vie mais je voudrais par dessus tout qu'enfin l'Homme méprisant ait le courage et la franchise de me dire en face ses intentions de vie future. 

On peut me reprocher beaucoup de choses, je ne suis pas parfaite loin de là !! Mais pas celle de me taire devant lui ou de lui cacher ce qu'il doit savoir. Je n'ai pas de réponse certes, il prend cela comme une agression, une provocation ? Peut importe. Au moins je le fais.

Et quand on en arrive à tout mettre par écrit (SMS - Mails) que l'on garde, et à prendre des photos de certaines choses pour prouver qu'on n'invente rien, que JE ne suis pas folle et que JE lui ai bien dit ou montré quelque chose ... J'avoue ne plus avoir de qualificatif pour décrire cette situation.