Bonjour 

Comme à un journal, cette page me permet de me confier de temps à autre ... Je viens donc ce dimanche matin partager l'événement qui a marqué la semaine familiale : Exécuter la dernière volonté de nos parents concernant le lieu de leur dernier séjour. 

Je vois déjà des mines déconfites "oh ce doit être un moment difficile" ...

Alors avant de commencer je vais juste vous rassurer Tout Va Bien !!!

Maman est partie il y a bientôt 12 ans et papa déjà 8 ans ... alors le deuil nous l'avons fait.

Depuis ces années leurs urnes reposaient au columbarium chartrain, dans ce cube de granit "rose maronnasse" où nous n'allions que très rarement.

Non par manque d'amour, mais nous n'éprouvons pas le besoin d'aller nos recueillir devant une plaque carrée, rivetée sur une case carrée, perdue au milieu d'un ensemble de cases carrées, toutes semblables, style lotissement post mortem.

Nos coeurs sont suffisamment grands pour que nos parents soient toujours avec nous.
Et chaque fleur ou oiseau qu'aimait maman, chaque instant de vie joyeux qu'aimait papa, un lieu ou une odeur, nous rappellent les moments précieux de nos vies tous ensemble. 

Cette dispersion est donc pour nous un point final à la culpabilité que nous portions malgré tout en nous pendant toutes ces années de ne pas aller "les voir" dans ce lieu communal de repos éternel !

Nous avons vécu notre adolescence à Maurepas (78), nos souvenirs sont là bas et Maman adorait le bois (qui alors était encore un lieu de balades à l'état naturel ...).
Elle souhaitait que ses cendres soient dispersées dans une superbe allée bordée de grands sapins et pins ... nous lui avions promis de le faire.

Papa quant à lui aurait préféré que nous puissions "le déposer" sur la tombe de son père à Descartes (37). Impossible ... Les lois ne notre beau pays sont telles que même une fois partis vers d'autres cieux, nous ne sommes pas libres de faire ce que bon nous semble ... 

Nous aurions pu effectuer cela bien avant mais sur les 3 enfants et 7 petits-enfants de papa/maman, il manquait toujours quelqu'un à l'appel.
Soit l'une de nous 3 n'était pas disponible, soit un petit-enfant avait quelque chose de prévu ... Il aura donc fallu ces 8 années pour prendre la décision finale et aller là où nous souhaitions. Avec ceux qui seraient présents ...

Ce Lundi 5 mars fut donc la date arrêtée pour cela. Vienne qui pourra. Et au final il n'y avait qu'une de mes soeurs, 3 de ses filles, ma fille, loulou, et moi bien sûr. 

Soleil, temps printanier ... nous voici au cimetière.

Agent des pompes funèbres déjà arrivé. Air de circonstance ... Le pauvre ... il ne connaissait pas la famille un peu "barrée" que nous formons !!!!!!   
A son arrivée il pensait que nous attendions maris ou fils ... que nenni ... nous ne formions qu'une tribu de filles à l'humour bien ancré.

Le sérieux n'est décidément pas une histoire de famille ... Ce "pauvre" homme l'a vite compris et s'est détendu pour devenir souriant !
Les situations tragiques ou dramatiques sont leur quotidien ... inutile de lui laisser supposer que nous étions à l'apogée du chagrin !
Il avait bien droit à un moment plus gai en ce début d'après midi et visiblement il l'a bien apprécié !!!

Je vous rassure il n'y avait personne d'autre que nous en ce lieu de recueillement ... ! Notre attitude aurait été toute autre dans ce cas ....  

L'officier municipal a rejoint cette joyeuse équipée pour assister à l'ouverture de la "case".

Ce brave homme, à la corpulence certaine mais charmant au demeurant, se baisse pour aider à récupérer la plaque de granit et là ... la vue sur un bas de dos velu se prologeant sur un sillon inter-fessier ... un fou rire collégial nous a pris ... Telle une envolée de moineaux s'égaillant, nièce et soeur d'un côté, fille et cousine d'un autre, loulou et moi encore ailleurs ... en pleures mais de rire !!!!!

Après ce moment mémorable, et après que "croque-mort" et officier municipal aient pris nos fuites éplorées pour un moment d'émotion intense ... ils nous remettent les urnes ... Une nièce a pris papa, une autre maman.

Quelques échanges "pratiques" avant que nous repartions avec papa / maman sous le bras.

Maurepas nous voilà ... Enfin ... sans moi ni ma fille et loulou. Depuis toujours je ne me sentais pas capable de faire cela ... j'ignore pourquoi. Pas par manque d'amour ou autre mais je ne POUVAIS pas ... 

J'ai donc suivi l'épopée via le direct video internet filmé par ma soeur. 

Une nièce sac à dos avec les urnes ... l'église du village, l'étang, le bois ... éviter les promeneurs ...

Un magnifique pin isolé trône dans la forêt ... était il là par hasard ou nous attendait il ?

L'équipée féminine se réunie autour ce cet arbre et décide que ce sera LE lieu.  

Etude du vent (c'est plus prudent), un dernier coup d'oeil sur d'éventuels joggeurs ou promeneurs ... deux nièces commencent à déposer les cendres autour du pied de ce beau conifère. Un coup de vent malencontreux (mais inévitable je pense car classique en de pareilles circonstances ...) envoie les cendres dans les baskets d'une nièce restée à côté ...... !

Fou rire ... et vidage de basket !

Un dernier "au revoir" autour de l'arbre avant de repartir ...  

Peut être trouverez vous ce récit presque indecent mais je devais le noter "noir sur blanc". Peut être juste pour m'excuser de n'avoir pu (physiquement) être présente. 

Maintenant nous sommes plus libres ... nous ne culpabilisons plus d'être si proche du cimetière sans jamais y aller. Nous savons que nos parents ont retrouvé eux aussi un lieu qu'ils aimaient. Des années de bonheur familial ... avant d'autres plus sombres ... sont associées à Maurepas.

Une page se tourne définitivement. Mais nos coeurs sont idemnes et plein d'amour et nos esprits remplis de souvenirs.

C'est le plus important. 

maurepas